Site Philomène
Linkedin Philomène Facebook Philomène Twitter Philomène

Aider sans le savoir

29 janvier 2018

Plus de 4 millions de français aident un proche âgé mais peu oseront revendiquer le titre d’ « aidant ».

Ce mot a pourtant une belle étymologie puisque sa racine grecque d'aider signifie « donner de la joie ». 

Si personne ne se qualifie spontanément d’aidant c’est parce que c’est d’abord avec l’envie (ou le devoir) de rendre service à un proche dans le besoin que l’on endosse ce rôle… 

Mais voilà, avec l‘allongement de la durée de vie (qui était de 45 ans en 1900) bien des aidants se retrouvent les deux bras tout entiers occupés aux côtés de leur parent âgé pour y avoir mis le petit doigt.

L'expérience de Philomène fourmille de ces exemples d'aidants (ou d'autres) qui nous ont appelé à l'aide.

Bien-sûr, accompagner une personne en perte d’autonomie physique, psychique, pendant plusieurs années ce n’est pas donner un coup de main en passant. 

C’est tout l’intérêt du livre d’Annie de Vivie J’aide mon parent à vieillir debout (éditions chronique sociale, octobre 2017). 

 Ce livre clair et chaleureux propose 10 conseils salutaires pour les survivre en tant qu’aidant et aider du mieux possible : avec amour, humour, tendresse et bienveillance.

Vieillir, travailler, demander de l’aide, parler d’argent, mourir…tous les sujets sont abordés, sereinement et sans tabou !

L’auteur est créatrice du site Agevillage.com, référence incontournable sur tous les sujets du vieillissement et fourmille donc de tous les bons tuyaux pour trouver des solutions pratiques comme : les démarches administratives, les financements mais aussi valoriser l’expérience acquise en tant qu’aidant.

Concluons avec quelques mots du livre : 

Le vrai drame c’est l’isolement (…) Reconnaître les plus vieux, partager leur expérience, les intégrer avec nous : c’est montrer aux autres générations que l’on saura les accompagner quoiqu’il arrive, jusqu’au bout.

Ils peuvent grandir, travailler, inventer, investir, vivre des joies, des peines et des échecs, ils peuvent avoir confiance en l’avenir."

Si vous vous demandez encore si vous êtes aidant ou non, répondez vite à ce questionnaire ! Voir le document PDF

Partager sur :

Linkedin Philomène Facebook Philomène Twitter Philomène

Dans la même catégorie :

Danser, c'est bon pour le cerveau

Prenons soin de nos vieux !

En Marche !