Site Philomène
Linkedin Philomène Facebook Philomène Twitter Philomène

Angèle se réconcilie avec son passé

09 août 2018

Angèle a 82 ans. Dorigine italienne, c’est une petite femme très vive, brune et le teint mat, témoin du soleil qui illumine sa région natale.

C’est dans sa petite enfance qu’Angèle a fui l’Italie pour échapper à la dictature de Mussolini, ses parents se sont installés dans l’Est de le France où elle a grandi.

Son père, mineur, disparait de sa vie lorsqu’elle avait six ans. Ce départ jamais expliqué est la grande douleur d’Angèle qui le considérait comme un abandon paternel. Plusieurs fois au cours de son existence, la franco-italienne tenta en vain d’apprendre sa langue natale. Toujours blessée par la disparition de son père, Angèle ne parvenait pas à renouer avec ses origines. 


Elle s’est mariée, a eu des enfants, s’est installée à Bordeaux. Il y a quelques mois, elle fit appel à Philomène pour apprendre à maîtriser l’informatique. En quelques séances, notre amie fait d’immense progrès, et se lie rapidement d’amitié avec l’intervenante qui vient partager avec elle une heure par semaine de joie et de nouveautés. Abordant son histoire, Angèle évoque un jour à Philomène un livre que sa cousine vient d’écrire sur le Communisme sous Mussolini. Ce livre, publié en Italie, Angèle désire ardemment le lire. Aussitôt dit, aussitôt fait, Philomène l’aide à commander l’ouvrage par internet.


La séance suivante, elle est bouleversée. Le livre est bien arrivé et sa fille lui en a traduit quelques passages. Quelle émotion lorsqu’en écoutant sa fille, Angèle a découvert des lettres écrites par son propre père !

Il parlait d’elle, sa fille qu’il aimait tendrement, qu’il faisait sauter sur ses genoux et qu’il cajolait avec amour. Notre amie lève enfin le voile sur un grand mystère douloureux : son père, communiste engagé, avait combattu le fascisme avant de se réfugier en France avec sa famille. Mais animé par son idéal, il était retourné combattre en Espagne où il était mort. Son père ne l’avait pas abandonnée. 
Depuis lors, Angèle a redécouvert son père, elle s’est réconciliée avec celui qui l’avait fait involontairement souffrir. Apaisée, elle souhaite aujourd’hui tenter à nouveau d’apprendre l’italien… Peut-être fera-t-elle une fois encore appel à Philomène ?

 

Partager sur :

Linkedin Philomène Facebook Philomène Twitter Philomène

Dans la même catégorie :

Comment prendre soin des ainés ?

Laissez parler la peur !

Précautions à prendre pour partir en vacances avec une personne âgée