Site Philomène
Linkedin Philomène Facebook Philomène Twitter Philomène

Pourquoi faire écrire leur vie à vos parents ?

01 mars 2018

 

Inscrire votre parent dans une dynamique positive.  

Partons d’un constat d’amour : vos parents s’entraident jusqu’au bout de leurs forces mais vous les voyez peinés. Le quotidien s’alourdit mais leur sourire s’étiole. Vous arrivez à la rescousse, mais ne pouvez pas non plus abandonner vos propres responsabilités. Vous passez mais ne pouvez rester.       « Dis, quand reviendras-tu… » est l’inévitable ritournelle. Il faut que vous trouviez un projet qui leur redonnera du tonus.

Philomène pense qu’il est bon de leur proposer d’écrire leur vie : raconter leur histoire leur permet d’échapper de la routine épuisante et anxiogène, comme cette femme dont on parlait qui revit grâce à sa plume.

Demandez-leur de le faire pour vous et pour leurs petits-enfants.

Par modestie et humilité, ils n’imaginent pas d’eux même écrire leur vie si personne ne leur suggère et ne leur tend la perche. Une demande va aiguiller leur fierté et justifier leurs efforts. Et… ils vont devoir en faire beaucoup pour fouiller les trésors de leur mémoire. Cet effort va leur tenir compagnie, va les entraîner sur un autre terrain que celui de la maladie, va emmener leurs pensées sur des traces de leur enfance et les rajeunir. Ils vont retrouver le bonheur de choyer leur entourage avec un cadeau qu’ils sont seuls à pouvoir faire. Et, un jour viendra où les générations suivantes seront réconfortées par les messages que leurs aînés leur auront laissés.

Ce cadeau de vos parents est irremplaçable. Il est in-achetable en magasin. C'est un trésor familial, comme nous le racontait ce vieux monsieur aveugle qui décida d'écrire pour laisser une trace aux générations suivantes. Transmettre, être utile : la voie pour retrouver sa place.

Les aînés vivent dans l’anxiété du jour qui s’éteint. Et, pour arriver au bout et pouvoir raconter le plus possible, ils vont lutter au quotidien. Revivre le passé les rajeunit. Ils se projettent à nouveau dans leur jeunesse. Ils peuvent être incapables de donner le nom de leurs petits-enfants alors qu’ils sont capables de fredonner la chanson de leurs premiers flirts ou de leur premier bateau.

Grâce à leur souhait de vous laisser leur histoire, à travers les événements factuels de leur vie, ils vont transmettre leurs émotions, leurs idées, leurs croyances et surtout leurs valeurs.

 

Philomène vous accompagne fidèlement tout au long du projet.

Concrètement, avec Philomène, les choses se déroulent comme suit : Nous venons faire connaissance de vos parents, les écouter et leur présenter comment nous allons écrire avec eux le livre de leur vie.  « Philomène » viendra les voir une fois par semaine pendant 4 mois environ à raison de 1h30 par visite. Elle les fera raconter. Ils reviendront ensemble plusieurs fois sur les mêmes histoires, ajoutant des détails, revivant leurs émotions. Elle prendra des notes et retranscrira sur papier pour qu’ils puissent relire et annoter.

Peut-être auront-ils envie que les enfants participent à la recherche d’événements familiaux. Nous les sollicitons bien sûr pour qu’ils apportent photos, souvenirs… l’idéal étant que tout passe par eux pour qu’ils sentent que leur histoire intéresse toute leur descendance comme témoignait Stéphanie Barba récemment. En fait, ils vont écrire pour leurs enfants et petits-enfants. Ils ont absolument besoin que ce soit eux qui leur demandent d’avancer.

A l’issue de 10 séances environ, la récolte est faite.  Philomène a rassemblé des souvenirs organisés autour de thèmes qui auront spontanément émergés et qui correspondent aux moments les plus forts de ce qu’ils ont vécus. Ils ne seront pas forcement dans l’ordre chronologique. Les informations livrées par bribes se compléteront au fur et à mesure.

Le moral est bon. Un projet a vu le jour. Sa concrétisation approche. Il est temps de décider de la suite : continuer à récolter des histoires, pousser leur mémoire à travailler, sortir de nouvelles photos, modifier le rythme, solliciter un peu plus l’entourage, faire réaliser une maquette pour donner corps au projet. Visualiser est toujours motivant. Tout est possible.

 

In fine, à travers ce livre, votre parent transmet bien plus que ses souvenirs.

Il ne s’agit pas de faire un travail de recherche et d’archiviste mais de transmission d’émotions et de valeurs.

Ecrire permet de transmettre en faisant fi des délais. Peut-être les petits enfants ne liront-ils ce livre écrit par leur grand-père ou leur grand-mère que dans 20 ans, lorsqu’ils se retourneront eux-mêmes sur leur propre vie et ralentiront. Si rien n’a alors été écrit, le retour aux sources s’apparente à un travail d’historien et perd la richesse émotionnelle donnée par la multitude d’anecdotes et de souvenirs égrenés au fil des pages par l’auteur.

Ecrire c’est pour les grands parents, raconter, sans fausse modestie, les efforts qu‘ils ont fait de leur plein gré pour suivre et honorer leurs décisions. C’est respecter la façon dont ils ont franchi les obstacles.

Ils réfléchissent au message à transmettre et Philomène les y encourage. Philomène ne reste pas passive. Elle les engage à réfléchir sur les valeurs qui les ont guidés. Elle aiguille leur travail de mémoire pour qu’ils s’efforcent de trouver un souvenir qui corresponde par exemple à chacune des personnes qui les a entourés.

C’est aussi un effort de mémoire à l’heure où elle n’est plus tellement sollicitée. N’oublions pas que c’est un muscle qui s’atrophie lorsque l’on ne le stimule pas.

Pour les générations suivantes, avoir un livre en main, c’est la générosité d’un aïeul qui a pris le temps de transmettre. Leur histoire personnelle s’inscrit dans l’Histoire, elle donnera des repères et de la saveur à l’Histoire que les générations suivantes reliront un jour et transmettront à leur tour.

 

Partager sur :

Linkedin Philomène Facebook Philomène Twitter Philomène

Dans la même catégorie :

Un immense fossé entre les générations !

Danser, c'est bon pour le cerveau

Auzat l'Auvergnat, un film qui relie les générations